Calendrier

« Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

NPA 83

NPA 83 Blog du NPA Section de La Seyne sur Mer L'actualité seynoise, varoise, nationale et internationale... Nos vies valent plus que leurs profits!

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Par NPA 83 :: 27/10/2012 à 21:55 :: Général

NPA                                            COMMUNIQUE

Comité de La Seyne sur mer

 

 

Fermer l’hôpital public tue

 

La mort d’un enfant lors de l’accouchement de sa mère dans la voiture qui l’amenait dans une lointaine maternité n’est pas un accident du au hasard. La politique de fermeture généralisée des maternités et des hôpitaux publics est la cause fondamentale de cette mort. Ce qui s’est passé dans le Lot peut se passer demain dans le Var.  Combien de temps pour aller de La Seyne à l’hôpital de Sainte Musse ? Combien de temps pour aller de Saint Cyr ou de Saint Mandrier à l’hôpital de Sainte Musse ?

 

Et les risques sanitaires ne concernent pas seulement les naissances. Avec la fermeture des services de l’hôpital de La Seyne (pédiatrie, maternité, chirurgie, laboratoire, urgences), avec les menaces contre la clinique Malartic,  c’est un désert médical qui est installé dans l’ouest Var. L’accès aux soins est doublement réduit :

-          par l’augmentation sans cesse croissante des frais à charge du malade, augmentation  encore plus forte si on est réduit à aller dans des cliniques privées

-          par la distance géographique entre les habitants et l’hôpital public : combien de temps faut-il pour aller, en transports en commun, de La Seyne à l’hôpital de Sainte Musse, de Saint Cyr ou Saint Mandrier à l’hôpital de Sainte Musse ?

 

 Le candidat François HOLLANDE avait fait des promesses à La Seyne lors de la campagne électorale ; aujourd’hui la ministre de la santé, Marisol TOURAINE ne répond que par le mépris à l’exigence de réouverture de l’hôpital public et de la maternité à La Seyne. Alors que le directeur de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) a été le serviteur zélé du démantèlement de l’hôpital de La Seyne,  à une demande de rendez vous du Collectif Varois de Défense de l’Accès aux Soins la ministre renvoie, de manière méprisante, à ce même directeur de l’ARS.

 

Le changement pour l’hôpital de La Seyne ce n’est pas pour maintenant nous dit la ministre. Dans l’unité la plus large, avec le Collectif Varois de Défense de l’Accès aux Soins, avec tous ceux qui défendent l’hôpital public,  il faudra se mobiliser encore plus fort  pour :

-          la réouverture de la maternité et de tous les services de l’hôpital de La Seyne

-          le maintien de la clinique Malartic qui participe au secteur public

-          le financement, au niveau national,  d’un plan d’urgence pour l’hôpital public permettant l’accès aux soins pour tous.

 

Comité de La Seyne du NPA

26 octobre 2012



Par NPA 83 :: 14/08/2012 à 19:59 :: Général

NPA              COMMUNIQUE

      Comité de La Seyne sur mer

 

Soutien aux salariés de Pizzorno en lutte

Retour des services publics à la gestion municipale

 

 

Les salariés de Pizzorno ont déposé un préavis de grève. Ce mouvement revendicatif n’est pas le premier dans cette entreprise qui se signale par la constante dégradation des conditions de travail comme le dénonce le syndicat CGT de l’entreprise dans sa lettre ouverte à la population seynoise du 4 juillet dernier.

Pizzorno est aussi connu pour sa chasse aux syndicalistes menacés de licenciement. Le patron a voulu créer un syndicat à sa botte, mais ça ne marche pas. Les salariés se mobilisent avec leur syndicat CGT auquel le NPA apporte son soutien entier, y compris contre la municipalité de La Seyne qui veut le traduire devant les tribunaux pour une soi disant diffamation.

 

A la recherche de profits sans cesse accrus à distribuer à ses  actionnaires –parmi lesquels on trouve François Léotard – Pizzorno bloque les salaires, réduit les effectifs, trafique dans la décharge de Bagnols en Forêt en important illégalement de déchets interdits. Cette politique patronale se répercute bien évidemment sur la qualité de propreté de la ville de La Seyne.

 

Il y a maintenant plus de vingt ans, sous la municipalité Scaglia, les salariés du service municipal de ramassage des ordures et du nettoiement se battaient contre la privatisation de leur service. La situation actuelle prouve la justesse de leur lutte. Aujourd’hui il faut que le service de ramassage des ordures et du nettoiement redevienne un service municipal – avec intégration des salariés de Pizzorno – tout comme le parking Martini est redevenu municipal (et moins cher que lorsqu’il était privé), comme l’est la cuisine centrale et comme devra l’être la gestion de l’eau et de l’assainissement.

 

Comité de La Seyne du Nouveau Parti Anticapitaliste

14 aout 2012

 

 

 

Communiqué

Par NPA 83 :: 13/06/2012 à 19:55 :: Général

1)     



Communiqué envoyé le 10 juin (après les résultats de la 7e circonscription)

 

« Barrons la route à Vialatte

Les élections présidentielles nous ont permis de nous débarrasser de Sarkozy ; dans ce deuxième tour des législatives poursuivons le nettoyage.

Débarrassons-nous d’un député UMP qui a approuvé toutes les lois antisociales du gouvernement de Sarkozy, qui a soutenu sa campagne présidentielle xénophobe et antisociale. Le système électoral majoritaire à deux tours est antidémocratique : il ne nous permet pas de choisir le candidat en accord avec nos positions politiques ce que rendrait possible des élections à la proportionnelle.

Aussi dimanche prochain, dans un département où la droite est hégémonique, où tous les députés sortant sont UMP, où le Front National, parti de la haine, atteint des scores importants, le choix est simple : nous appelons à battre Vialatte  en votant pour le candidat de la gauche  Ladislas POLSKI.

                                               Henri PASCAL

Candidat du NPA dans la 7e circonscription »



Par NPA 83 :: 23/05/2012 à 19:56 :: Général

Contre la droite et l’extrême droite

Contre l’austérité de gauche

Votez anticapitaliste !

VOTEZ HENRI PASCAL

 

Nous avons réussi à dégager Sarkozy, une bonne chose de faite ! Mais la crise, le chômage et la pauvreté ne vont pas disparaître. Les plans de licenciements, cachés pendant la campagne présidentielle,  sont de retour, comme à Air France qui prévoit des milliers de suppressions de postes.

François Hollande revient déjà sur le peu de promesses faites pendant la campagne. Il déclare que des troupes françaises resteront en Afghanistan et accepte les critères européens d’austérité. Pour tenter de nous rassurer, il agite son espoir de « croissance », alors que l’économie est en crise profonde et que les politiques d’austérité empêchent toute relance… Mais il n’est pas possible de sortir de la crise sans s’attaquer aux profits, sans remettre en cause le partage des richesses actuel, sans s’en prendre aux intérêts des capitalistes.

 

Les mesures d’urgence proposées par les candidats du NPA

Le NPA et 400 candidats anticapitalistes aux élections législatives présentent un programme de défense des intérêts de la majorité de la population.

 Un bouclier social contre la crise :

 Augmenter les salaires de 300 euros, revenu minimum à 1700 euros, interdiction des licenciements, partage du temps de travail avec 32 heures sans perte de salaire, pour permettre à tous de vivre décemment.

 Une fiscalité anticapitaliste pour financer les services publics :

Supprimer les exonérations d’impôts et de cotisations qui bénéficient aux grandes entreprises (172 milliards par an) et aux riches, pour  créer un million d’emplois publics et relancer la Sécurité sociale.

 La fin de la dictature des banques :

Arrêter de payer la dette publique (160 milliards d’euros par an), organiser une enquête populaire sur cette dette en vue de l’annuler, et créer un service public bancaire unique par la réquisition des banques.

 La sortie du nucléaire en 10 ans :

Développer les énergies renouvelables, mettre en place une planification énergétique, réquisitionner les grandes entreprises de l’énergie qui risquent nos vies et nous rackettent.

 

Nous voulons une autre société, avec une égalité complète entre les femmes et les hommes, entre les français et les immigrés, ce qui implique la régularisation de tous les sans-papiers et le droit de vote à toutes les élections. Nous voulons une autre Europe, une Europe des travailleurs et des peuples, une Europe démocratique, et le droit à l’autodétermination pour tous les peuples à commencer par ceux des actuelles colonies françaises et de Palestine.

 

 Le vote NPA pour résister à l’austérité de gauche

Hollande et son gouvernement nous préparent des mesures antisociales, comme l’ont fait leurs amis socialistes en Grèce et en Espagne. Si nous n’y faisons pas barrage, cela laissera le terrain libre à la droite et à l’extrême droite. Il est indispensable de construire un rapport de forces face à ce gouvernement pour imposer nos droits et revendications.

 

Voter pour les candidats du NPA, c’est voter pour un programme de rupture anticapitaliste, pour un gouvernement au service des travailleurs.

C’est voter pour regrouper toutes les forces politiques et sociales, toutes celles et ceux qui s’opposent à l’austérité et à la crise, qui ne font pas confiance au PS et veulent construire une opposition de gauche à sa politique, un mouvement d’ensemble pour nos revendications.

 



 

législatives

Par NPA 83 :: 20/05/2012 à 0:25 :: Général


Le NPA présentera la candidature de Henri Pascal (suppléant: François Alcaraz) dans la 7ème circonscription du Var (la Seyne, Six Fours, Sanary, Bandol)




Élections législatives 10 juin 2012 – 7e circonscription du Var

 

Aux capitalistes de payer leurs crises

 


Une page est tournée, nous avons viré Sarkozy et sa bande, les champions de la politique du gagner moins en travaillant plus, amis des banquiers et des gros actionnaires, ennemis des classes populaires.

Mais la crise et ses responsables, les capitalistes, sont toujours là.

Ils continueront de dicter leur volonté pour défendre leurs profits, dans le cadre de la concurrence internationale, contre les travailleurs et toute la population.

Ils sont les responsables et les bénéficiaires de la dette. Ils veulent nous la faire payer par l'austérité, la rigueur, le chômage, la stagnation des salaires, la casse des services publics.

François Hollande et la gauche libérale s’apprêtent à avaliser le pacte budgétaire qui imposera à tous les peuples la  « règle d’or » de l’austérité au prix de nouvelles attaques contre les populations.

 

Une telle politique continuera d'aggraver la crise, la régression sociale et le chômage.

Il n’y a pas de miracle à attendre de Hollande. Victimes de la crise, du chômage et des discriminations, nous devons compter sur nos propres forces, sur l'intervention du monde du travail, de la jeunesse et sur une gauche qui défend nos intérêts, comme Philippe Poutou l’a fait à l’élection présidentielle.

 


Une autre politique est possible et nécessaire

 

Face à la crise, seule une mobilisation d’ensemble  peut  imposer une autre répartition des richesses  avec :  - un bouclier social

- augmenter les salaires et les minima sociaux de 300 euros net, avec un revenu minimum à 1700 euros.

- interdire les licenciements, partage du temps de travail entre toutes et tous, 32 heures sans perte de salaire.

- créer un million d’emplois dans les services publics de la  santé, l’éducation, l’eau, l’énergie, le logement, les transports...

- revenir à une retraite pleine et entière à 60 ans, 55 ans pour les travaux pénibles, au bout de 37,5 annuités, dans le privé et le public.

- une fiscalité anticapitaliste

- arrêter les exonérations d’impôts et de cotisations qui bénéficient aux grandes entreprises (172 milliards par an) et aux riches.

- la fin de la dictature des banques

- arrêter de payer la dette publique qui coûte 160 milliards d’euros par an, dont 50 milliards pour les seuls intérêts. Nous proposons un audit, une grande enquête populaire en vue de l’annulation de cette rente assurée par l’État aux riches.

- créer un service public bancaire unique, en réquisitionnant les banques, en les unifiant sous le contrôle de leurs salariés et de la population.

- sortir du nucléaire en 10 ans

            - développer les énergies moins dangereuses,

            - réquisitionner les grandes entreprises de l’énergie sous le contrôle des salariés du secteur et         des usagers.

 

Voter pour les candidats du NPA, c’est voter pour rejeter la droite et l’extrême droite, sanctionner ces ennemis des classes populaires.

 

Voter pour les candidats du NPA, c’est voter pour un programme de rupture anticapitaliste, pour en finir avec la précarité et la misère. C’est voter pour regrouper toutes les forces politiques et sociales, toutes celles et ceux qui s’opposent à l'austérité et à la crise, qui ne font pas confiance au PS et veulent dès maintenant construire une opposition de gauche à sa politique.

 

________________________________________________________________________________

 

Dans la 7e circonscription, dans les communes de Saint Mandrier, La Seyne,  Six Fours, Sanary et Bandol, la politique sarkoziste a fait des dégâts. Avec ce vote une possibilité nous est donnée de dire ce dont on ne veut plus et d’avancer nos revendications.

 

Santé : la première des revendications pour tout l’Ouest Var est le retour immédiat de la maternité à l’hôpital de La Seyne !  L’hôpital Georges Sand doit retrouver un rôle d’hôpital de proximité et constituer un pôle public d’accès aux soins avec la clinique Malartic. Ce pôle public doit s’étendre aux maisons de retraites et aux EHPAD.

 

Logement : alors que nous réclamons le contrôle des loyers dans le privé, il n’est pas question d’accepter que l’office HLM Terres du Sud Habitat augmente loyers et charges. De même nous exigeons que dans l’opération de destruction reconstruction de logements à La Seyne, cet office garantisse que les locataires ne soient pas obligés de quitter leur quartier et qu'ils soient relogés dans les mêmes conditions qu’auparavant.

Il manque des logements sociaux et les maires de Saint Mandrier, Six Fours, Sanary et Bandol n’appliquent pas la loi obligeant ces communes à avoir 20 % de logements sociaux : qu’ils soient déclarés inéligibles. Et qu’ils ne viennent pas nous dire qu’il manque des terrains pour construire ces logements sociaux : les terrains de l’Etat ne doivent pas être vendus aux promoteurs mais réservés à la construction de logements sociaux. De même, les municipalités doivent respecter la loi : il faut construire des aires d’accueil pour les gens du voyage.

 

Transports : pour faciliter les déplacements, pour diminuer la pollution due à l’utilisation massive de la voiture individuelle, il faut des transports publics plus nombreux et gratuits, la mise en place d’un tramway dans l’agglomération toulonnaise. Et comme les trajets quotidiens vers Marseille sont nombreux, il faut d’une part augmenter le nombre et la cadence des TER et d’autre part la gratuité de l’autoroute Toulon-Marseille. Et que sur cette autoroute comme ailleurs, que les radars ne soient pas seulement pensés comme une pompe à fric pour l’Etat.

 

Finances municipales : la dotation de l’Etat aux communes doit tenir compte de la situation sociale des communes et de leur politique. Que la dotation augmente pour les communes dont la population vit dans des difficultés de plus en plus grandes et qui respectent la loi imposant 20 % de logements sociaux sur le territoire communal. Exonération des impots locaux pour les allocataires du RSA et les bas salaires.

 

Education : ici comme partout nous revendiquons  un service public de la petite enfance qui puisse accueillir tous les jeunes enfants. Nous exigeons le rétablissement des postes supprimés depuis cinq ans dans le primaire et le secondaire, le rétablissement de tous les postes de RASED , la création de postes de remplaçants et de surveillants, d’auxiliaires pour les enfants handicapés.

 

Sécurité : nous ne nions pas les problèmes de sécurité que des habitants de nos communes peuvent rencontrer. Ce n’est pas la politique ultra répressive du précédent gouvernement qui a changé la donne, ce n’est pas en distillant la peur que les problèmes seront réglés. Nous sommes pour une politique de prévention qui par une intervention éducative s’adresse aux jeunes  comme aux vieux tentés par la délinquance. Nous sommes pour une police de proximité et non pour une police qui organise des descentes dans les quartiers populaires comme s’il s’agissait d’une guerre civile.

tract NPA La Seyne

Par NPA 83 :: 12/05/2012 à 22:12 :: Général

 

NPA 

La Seyne Rebelle

Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

12 mai 2012

comitenpa83@gmail.com

 

 

SARKOZY dégagé

la lutte contre l’austérité doit continuer

 

 

Un premier pas a été franchi : les électeurs ont dégagé SARKOZY, le président des riches qui a osé se présenter comme le candidat du peuple. Un coup d’arrêt a ainsi été porté à sa politique de destruction des services publics, de destruction de la protection sociale, de destruction du droit du travail. Toute sa campagne a été un assaut de démagogie, un assaut de xénophobie, un assaut antisyndical, toute sa campagne a validé les thèses racistes du Front National. 

 

Mais avoir dégagé SARKOZY ne suffit pas. Maintenant il faut continuer à lutter contre la politique d’austérité qui menace. Le programme de François HOLLANDE n’est pas en rupture avec les orientations dominantes de l’Union Européenne ; le pacte budgétaire européen – qui planifie une politique d’austérité pour tous les pays d’Europe – n’est pas contesté.

 

Il faut donc que nous nous préparions à mener de nouvelles batailles contre l’austérité, de nouvelles batailles pour revenir sur ce qui a été détruit par SAKOZY et, surtout de nouvelles et amples batailles pour imposer une autre politique au profit de la grande majorité du peuple, une autre politique qui pourra imposer une nouvelle répartition des richesses, qui pourra imposer l’emploi pour tous, qui pourra sortir du désastre écologique produit par une course effrénée au profit. L’ennemi ce n’est pas le voisin immigré comme le prétend le Front National, l’ennemi c’est le banquier, le patron qui exploitent tous les travailleurs immigrés ou pas.

 

Pour mener ces batailles l’unité de tous les anticapitalistes est nécessaire. Il faut construire un large front unitaire pour mener la lutte contre l’austérité, pour mener la lutte en faveur d’une politique au profit de la grande majorité du peuple. C’est la bataille des 99 % de la population contre les 1 % qui cumulent les richesses produites par le travail de tous.

 

Ensemble pour lutter contre l’austérité

Ensemble pour construire un monde où les richesses produites sont au service des besoins de tous.

 

 

 

Des mesures d’urgence pour La Seyne

 

 Maintenant que SARKOZY et sa bande s’en vont, il faut exiger du nouveau gouvernement de François HOLLANDE deux mesures d’urgence :

 

►le retour de la maternité à La Seyne et la constitution d’un pôle public de santé regroupant l’hôpital Georges Sand et la clinique Malartic

 

► le rétablissement de la dotation de l’Etat au budget communal à hauteur des besoins

___________________________________________________________________________

 

Des logements sociaux !

 

Dans la 7e circonscription les maires de Saint Mandrier, Six Fours, Sanary, Bandol ne respectent pas la loi obligeant les communes à construire 20 % de logements sociaux. Une sanction s’impose : qu’ils soient déclarés inéligibles.

___________________________________________________________________________

 

On avait un chantier naval, on a un casino

On construisait des navires, on accueille des yachts  de luxe

 

Chaque jour davantage La Seyne est orientée vers une politique qui privilégie le tourisme. Le dernier exemple est le casino qui va se construire là où était le chantier naval. Tout un symbole ! A la place des ouvriers les joueurs … Et pas loin, là où dominait les hautes silhouettes des navires en construction, voilà qu’on se reconvertit dans l’accueil des yachts de luxe. Certes ça fera rentrer quelques sous dans les finances municipales. Mais il aurait sans aucun doute fallu rechercher ce qui pourrait amener d’autres emplois que ceux de croupiers au casino. Il reste pourtant pas mal de friches industrielles en bord de mer avant l’Eguillette, et après comme les anciens chantiers du midi. La priorité d’une municipalité soucieuse de la dégradation de l’emploi dans la ville devrait être d’aménager ces friches industrielles pour développer des lieux où il y aurait des possibilités d’emploi industriel.

 

Le tout tourisme ne peut pas faire vivre une ville de plus de 60 000 habitants !

 

 

 

 

 

 

 

REJOIGNEZ LE N.P.A 

Pour toute demande d’information sur le NPA, toute demande d’adhésion, vous pouvez nous contacter à l’adresser mail : comitenpa83@gmail.com

 

 

tract NPA La Seyne

Par NPA 83 :: 13/03/2012 à 21:17 :: Général

 

 

La Seyne Rebelle

Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

11 Mars 2012

comitenpa83@gmail.com

 

Un toit c’est un droit

 

De plus en plus de précarité

 

Dans le Var la pauvreté et la précarité ne cessent de s accroître, plus de 150 000 personnes sont en situation de  précarité, 13 % des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté, des milliers de travailleurs n’arrivent pas à joindre les deux bouts avec leur salaire, les allocations chômage et le RSA sont insuffisantes pour vivre…

 

Des loyers en plus en plus chers

 

Les loyers explosent : pour se loger il faut quasiment mette un demi salaire, quand ce n’est pas plus. Les promoteurs construisent des résidences de standing inaccessibles à la majorité des salariés varois. On construit des résidences pour touristes mais quasiment rien pour les habitants du Var. Toute la population a du mal à trouver un logement correct, notamment les jeunes. Des taudis sont loués à des prix exorbitants. Et quand on ne peut plus faire face  à ces loyers toujours plus chers, on est expulsé, jeté à la rue.

 

Des logements sociaux nettement insuffisants

 

Même si pour certains en situation de précarité, les loyers des HLM restent encore trop élevés, de très nombreux varois pourraient trouver à se loger s’il existait des logements sociaux en n ombre suffisant pour faire face aux besoins. Or le Var bat tous les recors en matière d’absence de logements sociaux : ces logements ne représentent que 8 % des logements varois.  Il existe bien une loi obligent les communes de plus de 3 500 habitants à avoir 20 % de logements sociaux sur le territoire de leur commune.

Dans le Var les maires de Les Arcs, Bandol, Le Beausset, La Cadière, Carqueiranne, Le Castellet, La Crau, Draguignan, La Farlède, Flayosc, Fréjus, Hyères, Lorgues, Le Muy, Ollioules, Le Pradet, Puget sur Argens, Le Revest, Saint Cyr, Saint Mandrier, Saint Raphaël, Saint Zacharie, Sanary, Six Fours, Sollies Pont, Sollies Toucas, Toulon, Trans, Vidauban ne respectent pas cette loi. Ils sont dans l’illégalité sans que cela dérange le représentant de l’Etat dans le département : le préfet !

 

Face à cette situation varoise un mot d’ordre s’impose d’urgence:

 

Refusons toutes les expulsions

 

Participez au pique nique de la solidarité jeudi 15 mars à 12h 30 devant le Conseil général aux Lices à Toulon organisé par le Collectif départemental pour le droit au logement

Un plan d’urgence pour le logement !

 

La situation en matière de logement est dramatique ! Avec 10 millions de personnes touchées par le mal-logement sous diverses formes, dont 130 000 sans abri, la situation exige la mise en place d’une politique volontariste pour répondre aux besoins sociaux, Le NPA défend un plan d’urgence pour le logement qui combine des mesures répondant à la fois tout de suite à l’urgence de la situation et des mesures qui permettent de résoudre la question du mal-logement à plus long terme. Il peut se résumer à six mesures :

 

1° L’arrêt des expulsions : l’expulsion est une violence sociale inacceptable. Avec la crise économique, la montée du chômage, de la précarité et la hausse des loyers même dans le logement dit « social », les expulsions sont en hausse et sont la conséquence d’une crise qui n’est pas la notre !

 

2° L’application de la loi de réquisition, c’est une mesure nécessaire et possible. Il y a aujourd’hui plus d’un million de logements vides ! La loi de réquisition existe, exigeons son application partout tout de suite ! Pourquoi attendre ?

 

3° Bloquer les loyers pour aller vers des loyers ne devant pas dépasser 20 % du revenu pour ne pas perdre sa vie à la gagner !

 

4° Application de la loi SRU. Inéligibilité des maires qui refusent de respecter cette loi.

 

5° Arrêt des ventes de logements HLM et renationalisation des sociétés HLM pour créer un service public unique du logement social qui permettra une gestion plus cohérente socialement et écologiquement.

 

6° Construction massive de logements vraiment sociaux afin de mettre fin à la pénurie de logements permettant une spéculation qui profite aux banques et à quelques grands groupes immobiliers qui font des profits faramineux sur le dos de la grande majorité de la population. Il est nécessaire de regrouper les bailleurs sociaux dans un service public du logement afin d’avoir une gestion socialement et écologiquement plus cohérente du bâti social, afin de construire des logements sociaux près des lieux de travail et réduire ainsi les pollutions engendrées par les déplacements.

 

Un toit, c’est un droit ! Imposons le droit au logement sur le modèle du droit à l’éducation, c'est-à-dire celui d’un droit égal et réellement garanti pour tous et toutes.

 

Philippe POUTOU, ouvrier d’usine, candidat anticapitaliste à l’élection présidentielle

 

REJOIGNEZ LE N.P.A 

Pour toute demande d’information sur le NPA, toute demande d’adhésion, vous pouvez nous contacter à l’adresser mail : comitenpa83@gmail.com

non à la fermetutre de la maternité!

Par NPA 83 :: 09/03/2012 à 13:06 :: Général

NPA                                            COMMUNIQUE

Comité de La Seyne sur mer

 

 

 

Non à la fermeture de la maternité !

Soutien à l’action du Maire de La Seyne

 

Depuis lundi, le Maire de La Seyne a planté sa tente devant l’entrée de l’hôpital George Sand, afin de s’opposer à un éventuel déménagement « en catimini » du matériel du service maternité.

Un dispositif a été mis en place afin de mobiliser en peu de temps les citoyens pour bloquer toute tentative de déménagement.

Le NPA s’associe pleinement à la démarche de la municipalité, et appelle les citoyens à participer à toutes les actions pour sauver la maternité.

 

La Seyne le mardi 6 mars 2012

 

tract NPA La Seyne

Par NPA 83 :: 11/02/2012 à 13:06 :: Général

 

NPA 

La Seyne Rebelle

Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

12 Février 2012

comitenpa83@gmail.com

 

Pour défendre notre santé, mobilisons-nous !

 

Les choix du gouvernement : démanteler le secteur public de la santé et favoriser le secteur privé

 

Avec  la loi Bachelot le démantèlement du service public de santé est en marche. Sous la houlette des Agences Régionales de Santé (ARS) restructuration,  regroupements d’établissements hospitaliers, fermetures de services (dont en particulier des maternités et des centres IVG) se multiplient. Les directeurs d’ARS appliquent avec zèle la politique du gouvernement, qui les a nommés pour cette sale besogne. Les hôpitaux doivent être gérés comme des entreprises et voient leurs recettes diminuer alors que les services les plus rentables sont transférés aux cliniques privées, à la plus grande joie des actionnaires qui multiplient leurs profits. Et les malades doivent de plus en plus financer la prise en charge de leur santé.

 

 

La maternité de La Seyne en danger de fermeture immédiate

 

Le directeur de l’ARS de la région a donc pris la décision de fermer la maternité de l’hôpital Georges Sand de La Seyne. Il poursuit la politique de démantèlement de cet hôpital : hier la pédiatrie, la chirurgie et le laboratoire, aujourd’hui la maternité, demain les urgences … Que restera-t-il de cet hôpital qui a été construit il y a à peine vingt ans !

 

Ainsi a été prise la décision de fermer la maternité la plus importante du département : 1 500 naissances par an venant d’un  territoire de 200 000 habitants. Et cela pour installer  dans le nouvel hôpital de Sainte Musse à Toulon une « usine à bébé » où les femmes viendront accoucher et devront repartir le lendemain, ce qui n’est pas sans risques pour les mères et les nouveaux nés. Sans compter les naissances dans les voitures  pour celles qui viendront de l’ouest du département   et qui seront coincées dans les embouteillages toulonnais. La fermeture de la maternité de La Seyne va à l’encontre d’un service de santé de proximité. Il en est de même du centre IVG de l’hôpital Georges Sand lui aussi promis au déménagement … ou à la fermeture.

 

 

Danger pour l’accès aux soins sur l’Ouest Var

 

La clinique Malartic à Ollioules est gérée par l’Union des Mutuelles, c’est un établissement privé à but non lucratif ; elle participe au service public hospitalier. Cette clinique compte 180 salariés, des services  - notamment de chirurgie – de pointe. Son activité ne cesse de croitre et, malgré cela, les recettes diminuent. La loi Bachelot s’applique dans toute sa rigueur : la baisse des recettes est programmée. Selon son conseil d’administration, l’équilibre financier de l’Union des Mutuelles est menacé ainsi que toutes ses autres œuvres sociales.  Dans ces conditions il a décidé de se séparer de la clinique et cherche un repreneur public ou privé. S’il s’avère que le repreneur soit privé il n’existera plus de secteur chirurgical public sur l’Ouest Var.

 

Le gouvernement parviendra ainsi à ses fins et tout l’ouest Var sera livré aux cliniques privées, appartenant à de forts groupes financiers. Ce ne sont pas ces cliniques qui pourront garantir l’accès de tous aux soins, sans dépassement d’honoraires comme la clinique Malartic.

 

Urgence mobilisation

Face à ce démantèlement du service public de santé, la lutte est plus que nécessaire. Et elle paye : menacée la clinique des Lilas (Seine Saint Denis) ne fermera pas,  fermé en 2009 le centre IVG de l’hôpital Tenon (Paris 20e) a rouvert en 2011. D’autres luttes pour le maintien de maternités et d’établissements  hospitalier ont été victorieuses. Seule la lutte paye !

 

Nous devons nous battre, dans la plus large unité, pour le maintien et le développement d’un pôle public de santé sur l’Ouest Var :

-          Maintien de la maternité, du centre IVG et redéploiement de l’hôpital Georges SAND

-         Maintien de la clinique Malartic dans le secteur non lucratif

 

Le NPA appelle à participer en masse aux mobilisations des prochains jours :

 

Rassemblement devant la mairie de Toulon à l’appel du Collectif varois pour l’accès aux soins le18 février à 10h 30

 

 Rassemblement stade Lery à La Seyne à l’appel de la municipalité le 25 février à 9h 30

 

Initiatives qui seront annoncée du Collectif varois pour l’accès aux soins les 8 et 10 mars

 

 

LA SANTE N’EST PAS UNE MARCHANDISE

REJOIGNEZ LE N.P.A 

Pour toute demande d’information sur le NPA, toute demande d’adhésion, vous pouvez nous contacter à l’adresser mail : comitenpa83@gmail.com

Par NPA 83 :: 10/02/2012 à 21:10 :: Général
Vendredi 10 février 2012

Solidarité avec Anne Laura CRISTOFARI

poursuivie par la maire de La Valette


Anna Laura CRISTOFARI, militante d’A Manca (la Gauche) et animatrice du collectif « Contre la spéculation et pour le droit au logement à Calvi », qui s’est mobilisé contre un projet de logements de standing au détriment de logements bon marché et d’équipements collectifs qui manquent cruellement, est poursuivie pour diffamation par les promoteurs de ce projet. Elle passera en jugement le 15 février prochain devant le tribunal de Toulon. Ce promoteur est varois. Il s’agit de la SEMEXVAL (Société d’économie mixte pour l’expansion de La Valette-du-Var). Sa PDG est Christiane Hummel, maire de La Valette et sénatrice UMP du Var, son président d’honneur, est Hubert Falco, sénateur maire UMP de Toulon. Pourquoi une société d’économie mixte, chargée de la rénovation et de divers chantiers sur La Valette éprouve-t-elle le besoin  d’aller ouvrir des projets de chantiers en Corse. Est-ce que par hasard madame HUMMEL se souciant des vacances des enfants et des  jeunes  de sa commune voudrait construire un centre de vacances municipal en Corse. Ce n’est pas le cas. Comme un vulgaire promoteur la SEMEXVAL est allée spéculer en Corse. Avec le soutien du maire UMP de Calvi, Ange SANTINI, qui a signé le permis de construire, la SEMEXAL va construire un lotissement de luxe.

Que reproche la maire de La Valette, Christiane HUMMEL,  à  Anna Laura  CRISTOFARI : avoir reproduit sur le site public d’A Manca un article qu’elle avait donné à l’hedomadaire du NPA Tout est à nous ! (n°99 du 21-4-2011) dans lequel elle replaçait cette opération dans son contexte général, celui d’une « cupidité des promoteurs aménageurs liés à des milieux politico-mafieux ». De ce constat général, madame HUMMEL se sent visée et donc diffamée par amalgame, d’autant que  le site internet serait un média tellement grand public, que, par définition, l’atteinte à la réputation en serait d’autant plus grande. Jusqu'au dépôt de cette plainte,  personne ne savait que le site d’A Manca était si universellement connu !

Ce qui est au fond de cette plainte pour diffamation,  c’est que la mobilisation, organisée par le « Collectif contre la spéculation et pour le droit au logement à Calvi », a été d’une très grande ampleur et a fait partiellement reculer le maire de Calvi qui a accepté que sur un des deux lots promis à la SEMEXVAL seront construits des logements moins chers accessibles à la population locale et pas seulement aux touristes fortunés.

Le NPA soutient l’appel du Collectif contre la spéculation et pour le droit au logement à Calvi à un rassemblement de solidarité devant les grilles du TGI de Toulon le mercredi 15 février à 13 heures. Nous appelons les organisations syndicales et politiques varoises, les associations qui se battent contre la spéculation immobilière, les associations de défense des droits de l’homme à soutenir cet appel. Nous appelons les varois, et plus spécialement les habitants de La Valette, à venir nombreux soutenir Anna Laura CRISTOFARI.

La veille, le mardi 14 février à 10h 30 le collectif donnera une conférence de presse à Toulon pour expliquer le combat qu'il mène depuis 2 ans contre le projet spéculatif de la SEMEXVAL dans la cité de Calvi et en quoi les poursuites judiciaires contre sa porte parole son infondées. Nous appelons les  organisations démocratiques qui veulent apporter leur solidarité avec Anna Laura CRISTOFARI à être représentées à cette conférence de presse.

            N.P.A. 83                                         Le 11 février 2012

Blog du NPA La Seyne sur Mer - Blog créé avec ZeBlog